Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange à la page Contactez-nous.


Le Cimetière Beth Israël

Lieu historique national du Canada du Cimetière-Beth-Israël

© Parcs Canada / Michelle Cinanni, 2007

En 1992, la Commission des lieux et monuments historiques du Canada reconnaît le Cimetière Beth Israël à titre de lieu d’importance historique nationale pour ses valeurs historique et architecturale. Il est le premier cimetière reconnu en tant qu’exemple exceptionnel de paysages témoins de traditions culturelles. L’ancienneté des lieux, le funérarium, la disposition des sépultures, la forme des monuments funéraires et la présence de symboles judaïques, tout cela forge l’unicité du site, propre aux cimetières juifs.

Consacré au début des années 1850, le cimetière juif de Québec est cédé à la congrégation Beth Israel Ohev Sholem en 1894. Restauré en 1976, il est l’un des deux cimetières canadiens directement associés aux juifs fondateurs du XVIIIe siècle. À l’intérieur du cimetière clôturé de forme rectangulaire se trouvent, outre un funérarium, environ 300 sépultures disposées le long d’allées étroites et sans espace vacant entre les tombes. Les pierres tombales, généralement simples et discrètes, portent des inscriptions hébraïques et une grande variété de symboles religieux. Toutes ces caractéristiques illustrent les croyances juives, dont l’égalité de tous devant la mort.

Ce cimetière est associé à la présence continue de la communauté juive à Québec depuis plus de 200 ans, la seconde plus ancienne en Amérique du Nord. Ses premiers membres arrivent avec le général Amherst en 1759 et contribuent à l’essor économique de la nouvelle colonie britannique. Ils jouent un rôle important dans la revendication d’une Chambre d’assemblée élue dès 1763. Par la suite, les Jacobs, Levy, Joseph, Peters et Pollack, notamment, participent activement au développement continu de la cité.